Laissez-nous un message

Panier Panier 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Comment lutter contre les sueurs nocturnes pendant la ménopause ?

Publié le : 20/12/2019 11:21:54
Catégories : Conseils


sommeil

Pendant la pré ménopause ou la ménopause, de nombreuses femmes sont confrontées aux bouffées de chaleur. Elles peuvent se produire pendant la journée mais aussi en pleine nuit ce qui perturbe leur sommeil. On les appelle alors les sueurs nocturnes. Elles occasionnent de très forts désagréments parfois très incommodants. Certaines femmes les voient comme un véritable « calvaire ». Ce phénomène n’a rien de grave en soi et reste physiologique. Toutefois, les femmes sujettes aux sueurs nocturnes cherchent à les atténuer pour pouvoir vivre plus sereinement. Heureusement, des alternatives naturelles existent pour soulager ce trouble fréquent et aider les femmes à mieux passer le cap.

 

Les troubles de la ménopause

La ménopause est une période charnière dans la vie d’une femme. Elle apparaît en général vers 45-55 ans. A l’âge de 45 ans, on parle plus de ménopause précoce.

Elle est marquée par l’arrêt de l’ovulation et la cessation des règles, appelée aménorrhée. Elle n’arrive pas brutalement et au contraire s’installe progressivement. Plusieurs années s’écoulent avant que la ménopause ne soit réellement définitive, avec des perturbations au niveau des cycles menstruels. Les intervalles deviennent plus courts ou au contraire plus longs, les règles deviennent plus irrégulières et moins abondantes avec même parfois des sauts de cycles. Cette période de déséquilibre hormonal est appelée préménopause ou périménopause.

Les désagréments liés à la ménopause

La ménopause est une période physiologique à laquelle s’ajoute des signes physiques et psychologiques plus ou moins fréquents qui sont dus à une carence d’hormones féminines (progestérone, œstrogènes). Dans certains cas, cela peut occasionner avec le temps des complications de santé :

  • Troubles génito-urinaires
  • Douleurs articulaires
  • Bouffées de chaleur
  • Troubles du sommeil et insomnie
  • État de fatigue / asthénie
  • Perte d'attention
  • Perte de mémoire
  • Troubles de l’humeur avec irritabilité et anxiété / état dépressif
  • Prise de poids
  • Sécheresse vaginale et de la peau
  • Fragilité osseuse avec un risque plus élevé d’ostéoporose
  • Perte de libido
  • etc.

Pour lutter contre ces symptômes, il existe des traitements hormonaux substitutifs (THS) prescrits par les gynécologues ou les médecins. Ils apportent une dose d’hormones à l’organisme afin de réduire les gênes occasionnées suite à l’arrêt des sécrétions hormonales ovariennes. Mais ils ne conviennent pas à toutes les femmes, notamment pour celles qui ont des antécédents familiaux de cancers du sein.

Les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, des syndromes fréquents chez la femme ménopausée

En moyenne, 50 % des femmes ménopausées sont sujettes aux bouffées de chaleur, également appelées bouffées vasomotrices (BVM). Ce symptôme fréquent est dû à une anomalie au niveau de la thermorégulation. En effet, les œstrogènes interviennent dans la régulation de la température du corps au niveau de l’hypothalamus (zone du cerveau). Or, lors de la ménopause, les ovaires deviennent inactifs et la production de ces hormones ovariennes diminue. Ce déséquilibre hormonal crée alors un dysfonctionnement du mécanisme de régulation de la température du corps.

Ces bouffées de chaleur durent en général environ 30 minutes et peuvent persister pendant un peu plus d’un an. Elles peuvent survenir au cours de la journée ou de la nuit, on les appelle alors des sueurs nocturnes. Certaines femmes sont réveillées plusieurs fois pendant la nuit ce qui engendre notamment une fatigue chronique et une certaine irritabilité.

Les sueurs nocturnes se caractérisent par une sudation importante dans tout le corps. Les femmes ménopausées subissent une augmentation de leur température corporelle avec une succession d’épisodes de chaud-froid perturbant leur confort au quotidien. Dans un premier temps, des frissons et des tremblements surviennent, avec parfois en plus des malaises ou de vertiges. Puis arrive une sensation de chaleur soudaine, désagréable et intense qui démarre dans la partie supérieure du corps. Plus exactement, elle est ressentie au niveau du cou, du visage et parfois du thorax. Cette chaleur est souvent accompagnée de rougeurs, d’hypersudation, de palpitations voire de maux de tête.

Outre le malaise temporaire, les sueurs nocturnes sont souvent responsables d’insomnie et de fatigue.

Quelles sont les solutions naturelles pour lutter contre les sueurs nocturnes ?

Adopter une bonne hygiène de vie

Certains facteurs aggravent l’apparition des bouffées de chaleur comme le stress, le tabac, l’alcool, les boissons excitantes, les variations de température, les espaces confinés, le surpoids ou encore les émotions intenses. Dans un premier temps, il est donc important d’éviter ou de limiter au mieux ces facteurs de risques pour combattre plus efficacement les crises de sudation pendant la nuit.

Par conséquent, il est conseillé de :

  • Limiter la consommation d’alcool le soir ainsi que les boissons à base de caféine (café, thé, boissons gazeuses, boissons énergisantes...)
  • Arrêter de fumer
  • Éviter les plats épicés le soir, les épices faisant partie des aliments dits vasodilatateurs.
  • Ne pas manger ni boire trop chaud au dîner. Et au contraire, privilégier les repas tièdes voire froids.
  • Réduire les états de stress avant d’aller se coucher et faire des exercices de relaxation et/ou de respiration, pratiquer du yoga ou la méditation
  • Maintenir une température ambiante dans la chambre à coucher < 20°C avec un système de ventilation
  • Dormir nue ou porter un pyjama de préférence en coton ; dans ce cas, superposer plusieurs couches de vêtement pour pouvoir se dévêtir plus facilement en cas de nouvelles crises.
  • Pratiquer un exercice physique régulièrement. Cela permet de réduire plus facilement la fréquence et la durée des sueurs nocturnes.

Utiliser les plantes qui agissent sur les troubles de la ménopause

Afin d’aider les femmes à se débarrasser de leurs sueurs nocturnes, certaines plantes sont très bénéfiques et traditionnellement utilisées en phytothérapie pour limiter le problème et obtenir une meilleure qualité de vie.

Kudzu

Le kudzu, également surnommé vigne de kudzu en raison de ses grappes de fleurs de couleur pourpre, est une plante originaire d’Asie. Elle est riche en isoflavones appelés phyto-oestrogènes comme la génistéine, la daïdzéine et la puérarine.

Les isoflavones de Kudzu sont reconnus pour lutter contre les troubles de la ménopause. Ils contribuent notamment à réduire les bouffées de chaleur, la transpiration excessive ainsi que les rougeurs du visage.

Par contre, de par la présence d’isoflavones, cette plante est déconseillée aux femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancer de sein.

Yam

Traditionnellement utilisé en Amérique centrale, le yam appelé Igname sauvage est riche en isoflavones. En effet, son rhizome renferme une teneur élevée en diosgenine. Il est réputé pour combattre les déséquilibres hormonaux de la ménopause et lutter contre les bouffées de chaleur

Houblon

En plus de ses vertus calmantes et apaisantes, le houblon est une plante de prédilection pour lutter contre les désagréments de la ménopause. Elle est particulièrement recommandée en cas de changements d’humeur chez la femme. Elle renferme une teneur élevée en phytohormones. Son utilisation peut donc être parfois déconseillée.

En complément de la phytothérapie, certains micronutriments peuvent aussi aider à réguler l'activité hormonale, comme c’est le cas de la vitamine B6. En effet, cette dernière intervient sur l’action des œstrogènes et de la progestérone.

Mieux dormir avec les plantes sédatives et la micronutrition

La ménopause engendre des perturbations du sommeil chez environ 50% des femmes. En effet, selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Nursing, les troubles du sommeil restent le symptôme de ménopause le plus fréquent et handicapant pour leur quotidien. Certaines alternatives naturelles peuvent ainsi aider à se détendre et à lutter contre les insomnies.

Magnésium

Sachant qu’un tiers des Français sont déficients en magnésium, les femmes ménopausées ne sont pas épargnées. Or ce minéral est primordial pour l’équilibre nerveux. Un déficit en magnésium accentue l’état de stress et de nervosité. Une supplémentation en magnésium permet donc de réussir à se détendre et se relaxer plus facilement.

L-Tryptophane

Le tryptophane est acide aminé essentiel à l'organisme. Grâce à son rôle de précurseur de la sérotonine, il joue un rôle primordial dans la régulation de l'humeur, de l'anxiété et du sommeil.

Mélatonine

La mélatonine, communément appelée "hormone du sommeil", est naturellement sécrétée par le cerveau à partir de la sérotonine lorsque la nuit tombe. Elle favorise l'endormissement. Cependant, avec l’âge, nos capacités à produire de la mélatonine s’amenuisent. Un complément alimentaire à base de mélatonine peut donc aider les femmes à retrouver le sommeil pendant la ménopause.

Valériane

Traditionnellement utilisée pour ses propriétés sédatives et relaxantes, la valériane est réputée pour apaiser les troubles légers du sommeil (lien produit sommeil), notamment ceux causés par la nervosité et l'anxiété.

Une étude clinique contre placebo a d’ailleurs démontré les bénéfices d’une supplémentation en valériane sur le sommeil chez les femmes en post-ménopause (1). 100 femmes âgées de 50 à 60 ans touchées par des insomnies ont reçu 530 mg d’extrait concentré de valériane ou de placebo, 2 fois par jour pendant 4 semaines. Il a été observé que 30% des femmes ayant reçu la valériane avaient une meilleure qualité de sommeil, contre 4% dans le groupe placebo.

Ainsi, différentes solutions naturelles comme les plantes ou la micronutrition peuvent aider les femmes à combattre les sueurs nocturnes et à retrouver un sommeil réparateur.

Source :

(1) Taavoni S, Ekbatani N, Kashaniyan M, et al., Effect of valerian on sleep in postmenopausal women: a randomized placebo-controlled clinical trial, Menopause, 2011

sommeil

Voir ce produit

être rappelé