Laissez-nous un message

Panier Panier 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

La Journée Nationale du sommeil : de la prévention pour bien dormir

Publié le : 18/03/2019 14:59:07
Catégories : Conseils

Selon un sondage réalisé à l’occasion de la Journée du sommeil, avoir un sommeil de bonne qualité ne semble pas être la priorité pour trois quarts des Français, alors que nous sommes pourtant nombreux à souffrir de troubles nocturnes.

Et pourtant, le sommeil est une fonction vitale de l’organisme. Il joue un rôle de réparateur et de régulateur. Dormir est notamment indispensable à l’équilibre des sécrétions hormonales et métaboliques, au contrôle de glycémie, de l’appétit et plus généralement le poids. Les liens entre le sommeil et la santé sont en effet multiples : biologiques et comportementaux.

La Journée Nationale du sommeil

Initiée par l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance), la Journée nationale du Sommeil fête cette année 2019 sa 19ème édition.

Chaque année, à l’occasion de cette journée nationale, des centres du sommeil sont répartis sur la France entière. Ouverts à tous, ces points de rendez-vous ont pour but d’informer et de sensibiliser le public sur son importance et les conséquences multiples liées aux troubles du sommeil. Avec la participation de plusieurs associations de malades et d’éducateurs pour la santé, l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance a mis en place un Village sommeil qui comporte une cartographie des actions organisées, des informations sur les problèmes de sommeil, ainsi que des tests et des astuces pour améliorer la qualité du sommeil. Pour toute information supplémentaire sur les villes concernées par ces villages, rendez-vous sur le site www.institut-sommeil-vigilance.org.

Les troubles du sommeil, une fatalité ?

La Journée Nationale du Sommeil a pour vocation, chaque année, d'attirer l'attention du grand public sur ce besoin primaire qui occupe quasiment un tiers de notre vie. Peu informés, beaucoup de ceux qui sont atteints de troubles du sommeil les considèrent comme une fatalité, une situation à laquelle il convient de s'habituer. Plus de la moitié des personnes concernées n'ont jamais parlé de ce problème à un professionnel de santé. Cette journée est l'occasion d'informer le public : notamment sur le fait que le médecin traitant reste le premier interlocuteur, pour le sommeil comme pour le reste de la santé.

A la tombée de la nuit, une glande de notre cerveau sécrète une hormone appelée la mélatonine. Cette dernière est directement responsable de la régulation des cycles du sommeil. En plus de favoriser le sommeil, la mélatonine a également des effets bienfaisants notamment en agissant comme un antioxydant sur la peau. La mélatonine joue donc un rôle clé car elle indique à notre organisme qu’il fait nuit en ayant un effet sédatif, favorisant la baisse de température du corps et donc l’endormissement.

Mais l’évolution de nos conditions de vie, l’hyperconnexion actuelle, la sédentarité ou encore nos rythmes de vie malmènent notre corps et ralentissent la production de mélatonine. Une étude menée par Santé Publique France montre que, pour la première fois les Français passent en dessous de la moyenne recommandée du nombre d’heures de sommeil par nuit. De fait, les français dorment en moyenne 6 heures et 42 minutes chaque nuit, soit moins que la durée minimum de 8 heures par nuit recommandée pour une bonne récupération. Cette année, l’INSV et les spécialistes du sommeil attirent l'attention des Français sur le lien entre nos modes de vie actuels et la qualité de notre sommeil.

L’impact du manque de sommeil sur notre santé

Nous sommes des êtres diurnes, soit qualifiés d’actifs durant la journée et donc faits pour dormir la nuit. En effet, tout naturellement, notre cerveau synchronise notre rythme sur celui de l’alternance lumière/obscurité. Cette cadence entre le jour et la nuit détermine pour notre métabolisme le moment opportun pour accéder au sommeil. C’est ce que nous appelons le facteur circadien. Nous passons donc près d'un tiers de notre vie assoupis. Même si le sommeil a pendant longtemps été considéré comme un état de “non-veille” controversé, il est désormais parfaitement établi que bien dormir est crucial pour de nombreuses fonctions biologiques.

Les conséquences d’un manque ou des troubles du sommeil peuvent être nombreuses sur la santé : troubles de la concentration et de l’humeur, prise de poids, diabète, augmentation de la douleur, dépression, aggravation des troubles respiratoires et cardiovasculaires, endormissements au volant ou au travail, baisses de performance, impacts sur la mémoire et l’apprentissage, difficultés relationnelles…

En effet, le sommeil sert à consolider et stimuler notre système immunitaire, par la fabrication de leucocytes, sans lesquels nous ne pourrions lutter contre les agressions et les infections. C’est pourquoi, dormir moins ou moins bien fragilise notre système immunitaire et nous rend plus vulnérables face aux maladies.

Pour se sentir en forme, être performant, réussir à rester concentré toute une journée et éviter les problèmes de santé évoqués précédemment, il est primordial de soigner son sommeil afin de dormir de façon réparatrice.

Nos conseils pour bien dormir

Méthodes de relaxation, méditation, musiques apaisantes, activités sportives, environnement sain, compléments alimentaires… il existe autant de méthodes et conseils pour réussir à bien dormir.

Les horaires réguliers

Selon l’INSV, l’un des premiers bons réflexes à prendre est de se coucher et se lever à des horaires réguliers, y compris les week-ends. La quantité de sommeil nécessaire varie d’un individu à l’autre. Rappelons-le, chez les adultes de 18 à 64 ans, la durée moyenne de sommeil doit se situer entre 7 et 9 heures par nuit. Ces différences de rythmes sont liées à des aspects génétiques, il est donc important de déterminer sa durée de sommeil nécessaire en fonction de ses propres besoins. Pour les employés qui travaillent de nuit ou en horaires irréguliers, il est primordial, dans la mesure du possible, de programmer des plages de sommeil à heure fixe.

"Le couvre-feu digital"

A l'ère actuelle d’”hyperconnexion”, nous passons, en moyenne, une heure au lit à regarder notre téléphone portable ou un ordinateur avant de nous coucher. Or, les lumières bleues émises par les écrans perturbent indiscutablement les cycles qui servent à réguler notre sommeil. Nous vous conseillons donc de mettre en place un “couvre-feu digital” et de le maintenir toute la nuit afin de ne pas perturber la qualité de votre repos. Dans la pratique, cela veut dire éteindre tous les appareils numériques une heure avant d’aller se coucher et les rallumer seulement le matin au réveil. Laisser un téléphone connecté à proximité du lit peut fortement contribuer aux troubles du sommeil. Il est donc conseillé d’éteindre votre téléphone (ou de le mettre en mode “avion” afin de ne pas passer à côté du réveil!).

Evitez les excitants le soir

Pour bien dormir, il est également important d'éviter les excitants tels que l’alcool et le tabac en soirée et de limiter leur consommation en journée. En outre, les fumeurs quotidiens sont fréquemment de courts dormeurs et plus sujets à l’insomnie.

Sans aller jusqu’à sauter le repas du soir, pour passer une bonne nuit il est également conseillé d’éviter certains aliments, trop gras, trop énergisants ou trop riches. De préférence, évitez la consommation de protéines animales le soir. Le chocolat noir, l’avoine, la salade, la nourriture épicée ou encore la nourriture riche en glucides et en sucre peuvent également troubler votre sommeil. De plus, on préférera les tisanes à base de plantes et les boissons décaféinées aux sodas, cafés et thé verts qui contiennent de la caféine.

Pratiquez une activité physique

Il existe une relation étroite entre l’activité sportive et le sommeil. Une activité physique régulière d’environ 30 minutes par jour est conseillée pour passer une bonne nuit. En effet, la pratique d’une activité physique suffisante en journée permet un sommeil de qualité. Il est cependant conseillé de ne pas s'y mettre après 20 heures pour ne pas perturber l'endormissement. Passé cet horaire, privilégiez, avant le coucher, des activités relaxantes telles que la méditation ou la relaxation qui peuvent êtres de bonnes pratiques pour bien dormir.

Les compléments alimentaires

Avant d'avoir recours à la médication, alliée aux vertus des plantes, une complémentation peut se révéler très utile pour favoriser un sommeil de qualité. En effet, quelques plantes ont un effet sédatif et calmant traditionnellement reconnu. Elles sont utilisées séparément ou dans des complexes de plantes et sont une solution efficace contre les troubles du sommeil sans effet secondaire ni accoutumance. Si vous êtes sujet à des insomnies ou des apnées du sommeil, notre complément alimentaire SOMMEIL peut vous aider à retrouver progressivement un sommeil de qualité et réparateur.



Voir ce produit


Un environnement sain

Un environnement sain favorise aussi une meilleure qualité de sommeil. Une bonne literie, une température correcte et l’absence de nuisances sonores sont les premiers alliés de cet environnement pour favoriser un sommeil réparateur. De plus, notre corps a besoin d'oxygène pour bien fonctionner. Aérer notre chambre tous les jours permet d’assainir l’air et de favoriser un environnement propice pour passer une bonne nuit.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une bonne nuit de sommeil ! Et n'hésitez pas à nous donner vos astuces et vos « remèdes de grand-mère » pour mieux dormir.

Sources :
https://institut-sommeil-vigilance.org/
https://villagesommeil.org/

http://www.fondation-april.org/

être rappelé